Accueil de Forum.gouv.fr | Aller au contenu
> Accueil > Organisation de la s... > Tous les messages
Réflexion des ergothérapeutes de Garches (92)
Message écrit le 28/04/2008 par ARFEHGA

Nous sommes l’association ARFEHGA : Association pour la Recherche et la Formation des Ergothérapeutes de l’Hôpital de Garches. Nous faisons partie du groupe hospitalier APHP Raymond Poincaré - Hôpital Maritime de Berck. Nous souhaitons contribuer à la réflexion autour de l’organisation de la Santé à travers notre expérience du milieu hospitalier.

   les durées d’hospitalisation sont souvent prolongées en raison du manque de relais à l’extérieur de l’hôpital notamment en Ergothérapie. Ce relais doit se faire à travers des réseaux ville-hôpital dans lesquels doivent être intégrés les Ergothérapeutes soit dans des équipes pluridisciplinaires (ex : HAD), soit en libéral. Les actes d’Ergothérapie ne sont pas remboursés. Nous demandons donc la mise en place effective d’une nomenclature d’actes en Ergothérapie afin de permettre leur remboursement. Outre l’économie que cela permettrait de faire par rapport à une prolongation d’hospitalisation très coûteuse, cela favoriserait le retour vers l’autonomie du patient dans son environnement.

   Les structures existantes qui permettent un retour à la vie sociale et professionnelle (exemple : reprise de conduite, adaptation du logement, adaptation du poste de travail, évaluation du handicap, évaluation des besoins en aides-techniques, etc...) sont de plus en plus surchargées (ex : MDPH) avec une liste d’attente en augmentation constante. Encore une fois, la présence de nombreux Ergothérapeutes dans la cité (en libéral et en HAD) permettrait de fluidifier le parcours de la personne handicapée dans sa démarche d’autonomisation : développement des réseaux ville-hôpital et nécessité d’une nomenclature d’actes en Ergothérapie pour un remboursement et pour le développement de l’Ergothérapie en libéral.

   Nous souhaitons à terme avoir le droit de prescription sur les aides-techniques. Le choix d’une aide-technique demande une réelle évaluation et l’Ergothérapeute a les compétences nécessaires (Cf. Audition publique des 27/28 Mars 2007 sur « Acquisition d’une aide-technique : quels acteurs, quel processus). Notre pratique quotidienne montre que sans évaluation préalable par un professionnel spécialisé, certaines aides-techniques coûteuses (exemple : fauteuil roulant électrique remboursé 3400 €) sont inadaptées à la personne. Soit la personne l’utilise, mais de manière inappropriée avec des conséquences néfastes pour sa Santé (exemple : un mauvais positionnement au fauteuil peut engendrer des déséquilibres musculo-squelettiques irréversibles sauf par chirurgie : coût +++). Soit la personne est contrainte d’investir dans un nouveau matériel : dépenses inutiles +++ Nous souhaitons que ces propositions vous aident dans votre travail et participent à l’amélioration de la qualité des soins des personnes en situation de Handicap.


Ce message n'a pas reçu de réponse.

République Française   |   SIG © 2006   |   Infos site