Accueil de Forum.gouv.fr | Aller au contenu
> Accueil > Organisation de la s... > Tous les messages
Du transfert de compétences
Message écrit le 29/04/2008 par Catherine
Professionnel de santé médical, j’assiste à titre personnel au transfert de compétences. Ma maman , aveugle, dépendante (entre le lit et le fauteuil à l’aide d’un appareil de transfert), âgée de 95 ans "bénéficie" des soins infirmiers à domicile depuis 2 ans dans une petite ville . Une infirmière coordinatrice est venue 1 fois "évaluer". Depuis nous avons des aides-soignantes ( 15 à 18 par mois sur 2 passages par jour). Nous ne savons ni le nom de la personne ni l’heure du passage. Le week-end nous avons parfois des personnes qui ne connaissent ni la maison ni maman. Selon leurs"compétences" le transfert est plus ou moins douloureux, le diner plus ou moins pris et la nuit qui suit plus ou moins blanche pour moi. Monitrice dans une école il ya quelques années, je ne peux que regretter pour certaines l’obtention du diplôme, la non formation et l’absence de contrôle. Du soin fait par une infirmière on passe à une parodie faite par une aide soignante à de l’hygiène approximative .Des filles laissées à elles-mêmes "autorisées" à faire des soins d’escarres sur le sacrum alors qu’elles ignorent comment faire une petite toilette correcte !.... Les textes prévoient le maintien à domicile, l’accompagnement de fin de vie, l’éthique . En pratique, nenni, tais toi car tu n’as pas le choix. Aucun contrôle DDASS, aucun contrôle conseil général et un directeur d’association ancien proviseur de lycée et une absence totale de prise en compte des remarques. Transfert de compétence ? NON Absence de compétences . Les compétences ne s’acquièrent pas simplement par de la pratique ! Attention aux VAE !Il me semblait qu’il fallait un savoir, un savoir faire et un savoir être. Juriste, je déplore la perte de chance subie par de nombreux patients et dus à ces transferts : retards de diagnostic " pourquoi voulez vous aller voir le diabétologue, je peux faire aussi bien que lui, idem avec psychiatre : n’oublions pas les délais entre la découverte d’une dépression par un médecin traitant et l’accès à un psychiatre : 7ans ! Je dénonce un inégal accès aux soins. Moins de chance dans une campagne ou une petite ville, moins de chance car moins de choix, moins d’équipes qualifiées...

Ce message n'a pas reçu de réponse.

République Française   |   SIG © 2006   |   Infos site