Accueil de Forum.gouv.fr | Aller au contenu
> Accueil > Les interventions ex... > Tous les messages
Voir venir la fin d’un age
Message écrit le 20/04/2008 par Cheveche

On peut longuement débattre de l’intérêt ou des risques des OPEX. Ce qui est important, c’est de voir venir leur terme, la fin de leur pertinence comme la fin de leur tolérance par le reste du monde. Cette fin de leur pertinence viendra de la fin de leur efficacité face aux véritables intérêts de sécurité de notre pays.

Après le mouvement d’expansion coloniale, dans le sillage britannique, puis une brève période de stabilité entre les deux guerres, est venu le reflux, dont l’étape marquante sera les indépendances de l’après guerre, notamment des années 60. Viendra alors la phase de préservation de nos intérêts. Intérêts stratégiques d’abord, qui nous ont conduits à tenir dans la lutte est-ouest notre créneau de maintien des pays francophones dans le bloc occidental. Intérêts économiques aussi, de préservation, à la fois de marchés que nous étions moins habile à conserver par la voie de la compétition commerciale, et de ressources qui manquent a notre sol. Intérêts de puissance enfin, qui visaient à tenir en Afrique un rang en accord avec notre présence permanente au conseil de sécurité.

Cette phase touche elle aussi à sa fin. Un pays qui ne représente plus 1% de la population ni 4% de la richesse mondiales, doté d’une armée qui n’est plus capable d’intervenir seule où que ce soit ne peut plus soutenir des prétentions de puissance. Certes la France est encore pour quelques années le 6ème pays le plus riche du monde, mais son PNB par habitant la classe hors des dix premiers, ce qui signifie qu’elle doit consacrer cette richesse à sa population vieillissante avant de se préoccuper de la misère des autres et de leur bonne gouvernance.

D’autant que cette prétention à aider les autres ou à les ramener sur le chemin des droits de l’Homme cache un souci plus grave, bien qu’inavoué : celui de tenir la misère du monde loin de nos rivages. La tentative de les retenir chez eux par le développement a échoué, durablement et sans doute définitivement. Nos interventions en Côte d’Ivoire ou au Tchad ont bien ce but secret de maintenir au pouvoir des gouvernants avec lesquels nous puissions effectivement passer des accords de lutte contre l’émigration. Ceux qui arrivent ne partageront plus ce point de vue. La montée d’une misère plus criante encore, la généralisation de la famine et la mise des ressources énergétiques hors de portée de leurs pouvoirs d’achat ne peut que les conduire à pousser leur population vers les zones que les médias leur montrent quotidiennement comme insolemment riches. Dès lors, nos intérêts de sécurité seront à nos frontières, dans nos aéroports, nos postes de douane routière, nos ports voire nos plages.

Nos interets de securite seront egalement ceux de la preservation de nos sources et de nos voies d’approvisionnement. Mais la non plus les puissances émergentes, qui se construisent toutes des armées puissantes, ne nous laisseront pas longtemps agir à notre guise.


Ce message n'a pas reçu de réponse.

République Française   |   SIG © 2006   |   Infos site