Accueil de Forum.gouv.fr | Aller au contenu
> Accueil > Comment garantir l&#... > Tous les messages
INTRODUIRE UN PEU DE CAPITALISME
Message écrit le 12/06/2008 par capitalisme obligé
Pour maintenir nos retraite il faut arreter la comptabilité d’etat qui fait que les cotisations entrent dans le budget de la france et servent à payer les retraites actuelles ; les cotisations devraient etre conservées (et placées)pour les années à venir et donc cesser ce paiement d’une génération par l’autre...on doit verser pour soi et pas pour les autres ! on doit cotiser sur l’ensemble des primes et des heures supplémentaires et rendre obligatoire la retraite complémentaire et que l’état ,les collectivités territoriales versent également . je suis très inquiète de l’absence de prévision qui a été faite ...les niveaux de vie sont déjà grignotés...si j’ai travaillé et cotisé 41ans sans avoir eu de temps partiel,j’attends à recevoir ma juste récompense...
Tri:    retour au forum Retour à la liste des messages
Les réponses à ce message (3) Classer par sujet, inverse Classer par sujet
Auteur Classer par auteur, inverse Classer par auteur, inverse
Date Classer par date, inverse Classer par date
Treize
13/06/2008
Capitalisme forcé

Et comment passez-vous d’un système à l’autre ? Il va y avoir un sacré trou d’air financier entre notre époque ou on cotise pour les retraités et la vôtre ou on cotiserait pour soi. Ceux qui arrivent presque en fin de carrière et n’auraient donc pas eu le temps de cotiser pour eux vont se retrouver sacrément démunis.

Puis je me permet de rebondir sur votre phrase : "On doit rendre obligatoire la retraite complémentaire". Alors du coup, elle n’aurait plus rien de complémentaire et cela reviendrait à dire qu’on augmente simplement le niveau des prélèvements obligatoires ! C’est pas très capitaliste, tout ça...

Le maintien du niveau actuel des retraites peut se faire sans avoir recours à des solutions discriminatoires car individuelles, qui exclueraient encore un peu plus ceux qui sont dans des situations financières précaires.

Kernoway
13/06/2008
C’est plus facile de croire les beaux parleurs que de calculer objectivement !

Il faudrait surtout chercher à supprimer les causes des situations précaires plutôt que de se contenter d’indemniser tant bien que mal les victimes ( délibérément entretenues dans ce statut de victime...) par des prélèvements abusifs dans la poches de ceux qui n’ont AUCUNE responsabilité dans cette situation !

Mais, en vérité, le problème c’est qu’il y a plus à gagner pour la classe dirigeante à maintenir le système actuel , puisqu’il est encore actuellement moins coûteux que la valeur réelle du travail si l’on doit respecter l’égalité : ( valeur actuelle probable des dépenses d’une vie entière = valeur actuelle probable du produit d’une vie de travail ).

Il suffit de faire le calcul dans des hypothèses raisonnables et réalistes de durée de vie et d’escompte financier : ce n’est pas si difficile . Mais bien sûr c’est plus facile de croire les idéologues que de réfléchir et de démontrer la vérité ou la fausseté des choses par le raisonnement ...

Kernoway
12/06/2008
ASSUREURS ou ETAT : danger .

En payant les cotisations de retraite par répartition , c’est bien simple, on est certain d’être dépossédé immédiatement ( le cotisant n’a absolument aucune garantie d’une quelconque prestation en retour : une simple promesse de celui qui n’aura même pas à le tenir ... Bravo à ceux qui arrivent à le faire croire !...

En payant des cotisations à un assureur pour constituer une rente viagère par capitalisation selon les règles comptables et mathématiques, le cotisant sera spolié ( à l’époque près ) de la même façon, d’une part par les prélèvements abusifs qui seront faits, tant sur les sommes collectées que sur les produits financiers, par les assureurs et les intermédiaires, d’autre part par les risques d’erreurs et d’oubli du pensionné après de trop longues années de survie ( et les fusions successives des assureurs ...) ... On pourra lui souhaiter bonne chance pour recevoir sa pension lorsqu’il sera âgé de 95 ans et plus et oublié de tous et surtout de son assureur ... ! ( Sauf à mettre en place un organisme indépendant contrôlant la parfaite régularité de l’opération de restitution viagère de l’épargne).

On a bien compris : on est volé de toute façon. Volé immédiatement avec la répartition. Volé progressivement et surtout en fin de parcours avec la capitalisation... et surtout volé ( les enfants ou héritiers ) en cas de décès prématuré ... Il ne reste que l’épargne individuelle : la seule solution cohérente , associée facultativement à une rente à effet différé, ( par exemple à partir de 95 ans ; mais payable à 60 ans ).

République Française   |   SIG © 2006   |   Infos site