Accueil de Forum.gouv.fr | Aller au contenu
> Accueil > L’impact de la... > Tous les messages
Défense au sens large
Message écrit le 22/05/2008 par PCPBG

La définition de la défense telle qu’elle figure dans la loi est très large : assurer en tout temps, en toutes circonstances et contre toutes les formes d’agression la sécurité et l’intégrité du territoire ainsi que la vie de la population. On peut y inclure non seulement de la sécurité contre la violence, mais aussi la sécurité économique (aprrovisionnement en énergie et matières premières, sécurité des transports par voie aérienne et maritime, protection des sociétés sensibles, ...), la sécurité sanitaire et alimentaire (ressources en eau, autosuffisance alimentaire (au moment ou la PAC était mise en place, l’Europe n’était pas autosuffisante, aujourd’hui, il reste des secteurs où l’Europe est dépendante de l’extérieur), ...). Les menaces et risques sont nombreux et accentués par la mondialisation et l’influence croissante des acteurs non étatiques sur la scène mondiale : trafics illicites, crime organisé, piraterie, terrorisme, flux migratoires incontrôlés, prolifération d’armes de destruction massive, guerre technologique, cyberattaques, comportement mercantile d’Etats dans certains domaines, prise de contrôle de sociétés critiques etc. Certains de nos alliés au plan militaire peuvent se révéler comme rivaux au plan économique.

La fin de la guerre froide n’a pas ouvert la période de paix et de prospérité que F Fukuyama présentait comme le fruit de la mondialisation, la violence a changé de forme, la ligne de partage entre amis et ennemis a changé et reste fluctuante.

Pour faire face à toutes les menaces, la tâche est immense et demande des ressources humaines, matérielles et financières importantes. Un moyen de réduire les besoins est de mutualiser l’effort. Pour cela, il faut identifier les alliés sûrs, identifier avec eux ce qui doit être produit dans cette union et ce qui peut être acheté dans le reste du monde. Pour ce qui est produit dans l’union, on identifie les pôles de compétence et on assure la pérennité du capital. C’est en particulier le cas pour la production d’armement, mais aussi pour les produits de haute valeur technologique. De même, les Etats doivent garder le contrôle, assurer la protection et réguler les réseaux de transport de matière, de personnes, d’énergie et de données. Dans tout cela, il faut poursuivre et même augmenter la recherche.

Tri:    retour au forum Retour à la liste des messages
Les réponses à ce message (4) Classer par sujet, inverse Classer par sujet
Auteur Classer par auteur, inverse Classer par auteur, inverse
Date Classer par date, inverse Classer par date
Anonyme
7/06/2008
Union Européenne et mutualisation des acquis et compétences.

l’Union européenne doit permettre de mutualiser les acquis et compétences ; Sur le plan judiciaire, policier, et militaire ceci reste à harmoniser et finaliser avec la rédaction d’un gouvernement de l’Union . la PESC existe ainsi que la JAI (politique européenne de sécurité commune) (justice affaires intérieures) mais nombre de décisions sont frennées en raison de la nature du suffrage. (unanimité/majorité) si les nombreuses études que j’ai consulté évoquent une réelle harmonisation et coopération ; elles prétendent toutes que cela est inconcevable en terme de renseignement. chaque Etat tend à protéger ses sources dans une matière qui intègre les médias, la diplomatie, la politique bien sur .

L’Union si je ne m’abuse à nommé une personne responsable des questions de TERRORISME. il est temps de fonder une agence européenne de renseignement à l’image de la célèbre agence fédérale mais de lui donner un statut mixte. (civil/militaire) et des prérogatives exorbitantes de droit commun.
  le 11/09/2001 marque la défaite des systemes purement technologiques et il appartient à l’UE de défendre sur la scene internationale ses positions. En ce sens on peut juger que quelques nominations, quelques rapprochements avec des pays amis sont susceptibles de faciliter la création de cette future grande agence .

************************************************************
Modifié par moderateur8 Le 2008-06-07 20:57:44
************************************************************

Kernoway
4/06/2008
La mutualisation c’est bien mais comment ?
Il conviendrait de bien définir la façon dont la mutualisation préconisée de l’effort serait effectuée, c’est-à-dire selon quels critères le coût de cet effort serait réparti entre les participants. Cet aspect ne devrait pas être éludé sous le prétexte qu’il serait trop complexe à appréhender. Il serait bon pour une fois d’oublier le principe de solidarité pour cette répartition ( car la solidarité ne peut se concevoir que dans une situation de catastrophe effective et entre les victimes de la même catastrophe) et de retenir le critère d’utilité qui devrait être la règle universelle pour toute répartition d’un coût , à savoir, pour chacun à hauteur du bénéfice retiré, et à condition que ce « bénéfice » ne lui soit pas imposé.
CECE
6/06/2008
PAR LE PNB
On peut utiliser le mode de calcul de l’ONU ou de l’union européenne en fonction du PNB de chaque état. Chaque état pourrait prendre part au financement d’un porte avions nucléaire. Cela se fait bien pour AIRBUS OU ARIANE. On peut imaginer que le Luxembourg finance une partie du navire, la Belgique, le système d’armenent embarqué, les Pays Bas, une partie des appareils de chasse etc.. Le batiment serait sous pavillon français et européen. Commandement français avec des missions sous l’égide du futur pérsident de l’union. Là on parlerait de défense européenne. Sinon, on en reste là et chacun amène comme avant ces petits jouets à l’OTAN.
cece
25/05/2008
Ce qui signifie la mutualisation des coûts
"l’effort" que mentionnez signifie tout simplement que chacun mette la main à la poche. On nous bassine avec le miracle danois et le PNB/habitant du Luxembourg. Mais dans la résolution des conflits mondiaux, ces pays comme d’autres qui affichent des excédents budfgétaires et collent des amendes à la France au titre du respect des accords sur les déficits publics. Qu’ils prennent en charge la moitié de notre budget militaire au titre de la solidarité internationale et croyez moi, nous aussi on connaîtra l’équilibre budgétaire.
République Française   |   SIG © 2006   |   Infos site