Accueil de Forum.gouv.fr | Aller au contenu
> Accueil > Comment garantir l&#... > Tous les messages
Synthèse finale du forum
Message écrit le 13/06/2008 par Modérateur

Emploi des seniors

Ce thème a fait l’objet de nombreuses discussions les premières semaines. Les internautes estiment qu’allonger la durée de cotisation revient en fait à réduire les futures pensions. En effet, beaucoup de salariés peinent déjà à trouver ou conserver un emploi au-delà de 50 ou 55 ans. De nombreux intervenants déplorent donc que le chantier de l’emploi des seniors n’ait pas été traité en priorité. Ils avancent diverses propositions :
  inciter les entreprises à employer plus de seniors, les sanctionner lorsqu’ils s’en abstiennent ;
  adapter les conditions de travail en fin de carrière : aménagement pour une moindre pénibilité, horaires plus respectueux, voire temps partiel progressif ;
  reconnaître une spécificité professionnelle des seniors, les orienter vers des postes adaptés comme la formation des juniors.

Financement du système de retraite

La majorité des internautes abordant ce thème discutent de solutions pour sauver les retraites par répartition. Ils se demandent quelles sources de financement mobiliser et, dans une moindre mesure, quelles économies sont possibles.

Des intervenants défendent le « modèle scandinave » qui installe une formule unique de calcul de droits à pension en fonction des cotisations versées au cours de la vie. Cette approche permet à chacun de partir à la retraite à l’âge de son choix et évite de pénaliser ceux qui passent d’un régime à un autre.

De nombreux internautes soulignent le besoin d’une modification de l’assiette des cotisations pour la rendre plus stable et équitable. Ils suggèrent plusieurs possibilités :
  Taxer le capital. Cette proposition suscite de nombreuses réticences en raison des risques de délocalisation et destruction d’emplois. Certains intervenants jugent préférable de taxer les bénéfices non réinvestis.
  Mettre en place une taxe sur les opérations boursières et plus généralement faire contribuer tous les types de revenus.
  Asseoir les cotisations sur la valeur ajoutée ou remplacer en partie les cotisations par une augmentation de la TVA (TVA sociale).

Une position assez largement partagée consiste à sanctionner les choix des entreprises qui provoquent des pertes d’emplois (donc de cotisants) : taxer la mécanisation, l’informatisation, les délocalisations. En réaction à ces propositions de rééquilibrer les contributions aux retraites, des interventions défendent une moindre taxation générale des entreprises.

Comme souvent dans les débats sur l’équité sociale, le statut des élus est abordé. Certains messages proposent de réformer le système de retraite des députés jugé très favorable.

Retraites par capitalisation

Les positions sont assez divergentes sur cette question. Certains reconnaissent la nécessité de l’épargne individuelle, y voyant un moyen de responsabiliser chacun face à ses vieux jours. D’autres la trouvent dangereuse : que devient-on en cas de chute brutale de la bourse par exemple ?

D’autres intervenants critiquent la promotion des retraites par capitalisation. Ils redoutent que la dramatisation du déficit public ne serve à justifier une réduction du montant des pensions.

Dispositif de départ anticipé pour carrière longue

Ce sujet a mobilisé les internautes sans discontinuer sur toute la durée du forum. Une population particulière intervient beaucoup : les personnes ayant effectué plus de 40 années de cotisation et qui ont déposé une demande pour un départ anticipé début 2009. Après s’être inquiétées d’une possible suppression du dispositif, elles ont été rassurées par Xavier Bertrand. Elles demandent une mise en oeuvre rapide des nouvelles dispositions au niveau des caisses de retraite où leurs dossiers sont en attente.

Beaucoup de personnes ayant commencé à travailler jeunes se disent contre l’allongement de la durée de cotisation. Elles mettent en avant leur état de fatigue, en soulignant le lien entre longue carrière et métier pénible.

La pénibilité au travail

Plus généralement, de nombreuses interventions réclament la prise en compte de la pénibilité au travail. Certains considèrent même qu’elle devrait remplacer le dispositif de départ anticipé pour carrière longue. Des discussions portent sur la difficulté à définir le travail pénible. En plus de l’activité physique, les internautes recommandent de prendre en compte d’autres facteurs : perturbation des cycles biologiques par le travail de nuit ou en "3x8", exposition aux intempéries, aux bruits, aux produits dangereux, au stress, aux accidents, ou encore le travail répétitif. Les échanges illustrent la difficulté de s’entendre sur une définition aisément applicable.

Pour prendre en compte la pénibilité, deux approches différentes ont été proposées : augmenter les pensions ou réduire le nombre de trimestres nécessaires pour une retraite à taux plein. Dans les deux cas, on tiendrait compte de la durée du travail pénible et de l’intensité de cette pénibilité. Certains contributeurs s’interrogent cependant sur la possibilité de la quantifier.

Les inégalités du montant des pensions

Plusieurs internautes pensent que les inégalités salariales ne devraient pas se prolonger dans la retraite. Ils proposent l’instauration d’un plafond de pension qui diminuerait les écarts : les économies réalisées sur les pensions élevées serviraient à revaloriser les retraites les plus faibles. Cette approche se heurte cependant à la conception des pensions comme salaires différés.

Des messages abordent également la question du niveau général des pensions, défendant leur indexation sur le SMIC.

Prise en compte de situations particulières

Certains participants au forum demandent une meilleure prise en compte de leurs situations spécifiques. Ils s’estiment lésés par les mécanismes actuels de calcul des droits à retraite. Leurs demandes portent notamment sur :
  la prise en compte des trimestres de travail avant 16 ans ;
  la validation de trimestres pour les conjoints-collaborateurs ;
  le manque à gagner important pour ceux qui cotisent successivement à plusieurs régimes par rapport aux cotisants dans un régime unique ;
  une meilleure prise en compte du temps passé à l’éducation des enfants ;
  une augmentation des taux de réversion pour éviter les retraites très faibles chez les femmes.


Ce message n'a pas reçu de réponse.

République Française   |   SIG © 2006   |   Infos site