Accueil de Forum.gouv.fr | Aller au contenu
> Accueil > L’eau, ressour...

Archivé


personnages_3types (655 octets, 40x21 px) Sujets : 138 Ouverture : Septembre 2005 Entrer dans le forum
Réponses : 268 Fermeture : 23/11/05

L’eau, ressource épuisable ?
"L’eau fait partie du patrimoine commun de la nation. Sa protection, sa mise en valeur et le développement de la ressource utilisable, dans le respect des équilibres naturels, sont d’intérêt général."
Article L. 210-1 du code de l’environnement.

La quantité d’eau sur la terre, 1,385 milliard de km3, est inchangée depuis son apparition sur terre, il y a plus de 3,5 milliards d’années. La proportion utilisable est infime : dans les rivières, il court juste un peu plus d’un millionième de l’eau du globe.

En France, aujourd’hui, l’eau coule en abondance mais demain, qu’en sera-t-il ? Pourra-t-on toujours boire l’eau du robinet, se baigner ou pêcher dans une rivière, manger des coquillages en toute sécurité, répondre à tous les besoins ?

Depuis 40 ans, nous avons découvert le mauvais état de santé de l’eau. Ces dernières années, nous observons les dérèglements de l’hygrométrie à l’échelle des continents ou de notre pays (sécheresses, inondations). Mais ces phénomènes n’ont pas encore entraîné suffisamment de changements de comportements. L’eau est menacée parce que peu de gens soupçonnent qu’elle puisse un jour nous manquer. Pourtant, avec cette ressource-là, il n’y a pas de solution alternative.

Chat de clôture du forum
Catherine Chabaud, navigatrice et journaliste, et Pascal Berteaud, directeur de l’Eau au ministère de l’Ecologie et du Développement durable, ont répondu en direct, mercredi 23 novembre 2005, aux questions des internautes.
  Voir le script

L’Europe se lance à la reconquête de l’eau

Les pollutions et les utilisations excessives menacent ce patrimoine. La qualité des eaux (rivières, lacs, nappes souterraines, eaux littorales) se dégrade de manière préoccupante. Adoptée fin 2000, la directive cadre européenne sur l’eau (DCE) fixe un objectif ambitieux aux pays membres de l’Union européenne : donner un coup d’arrêt à la dégradation des eaux et des milieux aquatiques (mers et océans, nappes souterraines et sources, rivières et fleuves) et parvenir à un "bon état" à échéance 2015.

En France, les acteurs de l’eau relèvent le défi

Que ce soit l’Etat, les comités de bassin (chargés de la planification et de la définition avec l’Etat des programmes d’actions), des agences de l’eau (organes exécutif de ces décisions), mais aussi chaque industriel, agriculteur, citoyen, ils sont tous impliqués dans l’utilisation et la protection de la ressource en eau.

Pour planifier sur 15 ans la gestion des milieux aquatiques, il va falloir répondre aux enjeux telles que la maîtrise des crues, la lutte contre les pollutions, l’amélioration de la qualité des eaux de surface, la sauvegarde des nappes souterraines, la protection des milieux humides ou la satisfaction de tous les usages garantissant un développement durable.

  En savoir plus sur la politique de l’eau, sur le site du ministère de l’Ecologie et du Développement durable.

Ecocitoyens, pour l’eau, il est temps de se mouiller !

Le ministère de l’Ecologie et du Développement durable a lancé une vaste consultation du public sur les futures orientations à mettre en oeuvre dans chacun des 12 bassins hydrographiques que compte la France. Jusqu’au 2 novembre 2005, les citoyens sont appelés à remplir des questionnaires. Remplissez-les, ajoutez vos commentaires, ils sont là pour vous permettre de vous exprimer !

Pour prolonger le débat, vous êtes invités à discuter et échanger vos réflexions dans ce forum consacré à l’avenir de l’eau. Des synthèses de vos contributions seront régulièrement mises en ligne sur le site, et transmises à la ministre de l’Ecologie, Nelly Olin.

Quelques pistes de réflexion pour les internautes...

Eau et santé : changer les pratiques pour réduire les effets des pollutions diffuses (nitrates, pesticides, composés toxiques), des nouveaux polluants (produits chimiques, médicaments) ou des déchets de l’épuration des eaux usées (boues). Dans le monde, l’eau insalubre est le principal vecteur de contamination et plus de la moitié des lits d’hôpitaux sont occupés par des personnes souffrant de maladies liées à son insalubrité. Dans les pays en développement, plus de 90 % des eaux usées ne sont pas traitées. L’eau n’a pas de prix, mais elle a un coût.

Eau et rareté : d’ici à 2030, la population mondiale devrait passer de 6 à 9 milliards d’habitants entraînant une véritable escalade de la consommation d’eau - l’irrigation permet de quadrupler les rendements et utilise près de 80 % de l’eau douce dans le monde. Or, d’ici à 2030, les besoins alimentaires augmenteront de 60 % - La sécheresse touche toujours une grande partie du territoire en dépit des orages récents : 66 départements sont concernés par des arrêtés de restriction des usages de l’eau.

Eau et nature : les écosystèmes d’eau douce, qui permettent la régénération de l’eau, sont menacés et doivent être restaurés. La modification par l’homme des éléments naturels aboutit à la dégradation des glaciers, des lacs, des rivières... La pollution des fleuves menace également les écosystèmes côtiers.

Eau et vie économique : l’eau n’appartient à personne et ne connaît pas de frontières - susciter des comportements d’utilisation rationnels - concilier les besoins - économiser l’eau, c’est aussi faire des économies - inventer de nouvelles pratiques - l’impact de l’urbanisation sur les milieux aquatiques.

Pour en savoir plus

  La politique de l’eau en France.
  Retrouvez plus d’informations sur l’eau et les milieux aquatiques sur le site du ministère de l’Ecologie et le portail de l’eau.
  En savoir plus sur la consultation nationale sur l’eau.
  www.eau-international-France.fr : les acteurs publics français se mobilisent pour relever le défi mondial de l’eau au 21e siècle.



Entrer dans le forum
verbatim_rose

Les trois derniers verbatims...

Par Modérateur :
Les 400 messages postés ces deux derniers mois témoignent de l’intérêt suscité par le débat sur la gestion de l’eau. La taille des messages montre l’implication des participants dans les questions soumises à leur réflexion. Les internautes ont souvent fait preuve de volontarisme en proposant des solutions concrètes.
Quatre axes de réflexions ont pu être dégagés tout au long du forum :
  Une prise de conscience collective
  Les conséquences de la pollution
  La responsabilisation des acteurs
  Les actions à mener
1. Une prise de conscience collective
  Pourquoi dit-on que la (...)
Par Emmanuel Adler :
Pour améliorer le niveau des débats et encourager chacun à s’impliquer dans le débat sur l’eau, ne pourrait-on envisager que les Autorités favorisent la recherche et la vulgarisation des "histoires de l’eau".
Je pense en particulier aux travaux historiques de Jean-Pierre Goubert avec "la conquête de l’eau", de Bernard Védry sur "l’histoire de l’épuration des eaux usées", ou ceux, plus récents et plus économiques de Christelle Pezon avec "la gestion du service d’eau potable en France - Analyse historique et par la théorie des contrats (1850-1995)". Il est très facile d’insister sur les (...)
Par Simon Jacques :
En attendant le résultat du premier projet "ES-MA "Eau et Santé " Enseignement pédagogique de l’eau auprès des populations subsahariennes et de petites montagnes au Maroc,j’avais proposé au Conseil général de Vaucluse et à la Région "PACA" un deuxième projet du même type : Le lancement d’un parc de "MINI-BUS "Itinérant afin d’aller enseigner les populations des villes et des villages des départements de la région à l’économie de l’eau et au respect de l’environnement. Ce projet a été retenu. J’en ai avisé Monsieur le Président de la République et Monsieur le Premier Ministre à des fins (...)
République Française   |   SIG © 2006   |   Infos site