Accueil de Forum.gouv.fr | Aller au contenu
> Accueil > Grenelle environneme...

Archivé


Sujets : 8 Ouverture : Septembre 2007 Entrer dans le forum
Réponses : 1316 Fermeture : 14 octobre

Grenelle environnement : adopter des modes de production et de consommation durables
De tous temps l’agriculture a été le fruit d’une interaction forte de l’homme avec son environnement. Depuis le premier humain qui, abandonnant la cueillette, a choisi des espèces alimentaires, des milliers d’années d’apprentissage, de climats et sols différents, de cultures et organisations sociales variées ont construit les agricultures d’aujourd’hui. Plus récemment génétique, agronomie, chimie, et mécanisation ont accéléré cette évolution de façon impressionnante, et provoqué des conséquences importantes sur l’environnement.

  La synthèse finale du forum

Ainsi, si la vocation première et prioritaire de l’agriculture de répondre aux besoins alimentaires de la population est réaffirmée avec force par le groupe, le niveau d’atteinte à l’environnement a parfois dépassé les seuils d’acceptabilité sociale ; qui plus est, c’est dans bien des cas la durabilité de l’agriculture elle-même qui est en cause, comme on peut le voir dans certains secteurs lorsque les sols voient leur fertilité réduite. Enfin, le changement climatique, avec ses aléas et sa rapidité, pose à toutes les agricultures du monde des questions difficiles qui leur demandent de s’adapter et se diversifier, et de contribuer à la réduction des émissions

Au-delà des importantes évolutions des pratiques agricoles mises en œuvre depuis une dizaine d’années, il est donc indispensable d’engager un mouvement de transformation en profondeur de l’ensemble de l’agriculture et de revisiter les bases de l’agriculture conventionnelle, pour concilier les impératifs d’efficacité économique, de robustesse au changement climatique et de réalisme écologique : il s’agit de produire suffisamment, en utilisant les fonctionnements du sol et des systèmes vivants dont nous dépendons (agronomie, auxiliaires de culture...) et en leur garantissant une pérennité, de sécuriser simultanément les productions et les écosystèmes. Cette modernisation des pratiques d’élevage et de culture demande de rassembler les savoirs et savoir-faire de tous, de les confronter aux nouveaux défis et de les rendre plus efficaces par la recherche, l’expérimentation, l’échange et le transfert de connaissances. Elle permettra aussi à l’agriculture de mieux produire et valoriser les services environnementaux nécessaires à son fonctionnement dans la durée et demandés par la société.

A cet égard, le groupe s’accorde sur le fait que cette évolution prendra du temps, mais que pour autant il faut enclencher le processus dès à présent en agissant avec trois horizons :

   Pour le long terme (10 à 15 ans), en lançant dès à présent les programmes de recherche et de formation continue et initiale permettant de diversifier les systèmes agricoles.
   Pour le moyen terme (5 ans), il faut mettre en place des actions permettant d’obtenir de fortes améliorations des itinéraires et systèmes connus.
   Pour la crédibilité de la démarche, des mesures immédiates (6 mois) permettront d’enclencher un effet d’entraînement.

Le groupe a ainsi mis en évidence une vingtaine d’actions, qui, si elles ne font pas toujours consensus dans leur déclinaison en mesures d’application, le font dans leurs objectifs. Onze d’entre elles contiennent des objectifs chiffrés et datés particulièrement emblématiques.

Salles de discussion

  Aller vers 100% d’agriculture durable à terme
  Satisfaire les attentes environnementales de la société
  Réduire les pollutions diffuses
  Restaurer la biodiversité et avoir des actions territorialement cohérentes
  Réorienter fondamentalement dès 2008 la recherche et la formation des agriculteurs vers des modes d’agriculture durables
  Les autres mesures



Entrer dans le forum
verbatim

Les trois derniers verbatims...

Par Modérateur :
Certaines questions, par exemple celle de la place respective possible pour l’agriculture biologique et l’agriculture raisonnée, ont été discutées sous plusieurs chapitres. Il est rendu compte de ces débats sous la principale rubrique où ils se sont déroulés.
Aller vers 100 % d’agriculture durable à terme
La place centrale de la certification dans les orientations du groupe de travail suscite de nombreuses interrogations. Elles portent sur l’efficacité de ce type de mesures. La certification n’est-elle pas un leurre (seulement 2 500 certifications FARRE en 10 ans) ? Ne vaudrait-il pas (...)
Par carol mcneill :
Bonjour
Il faut absolument favoriser l’agriculture biologique dans ce pays. On doit décourager l’utilisation de pesticides, d’engrais chimiques et INTERDIRE l’utilisation de OGM. 
Quand aux pauvres animaux, si’il est impossible d’empêcher les populations de les consommer, il faut au moins cesser de faire une propagande mensongère dont le seul but est de favoriser les industriels.
Les produits animaux ne sont pas bons pour notre santé.
Le minimum à faire pour les animaux est de leur assurer une vie décente.
Plus d’élevages intensifs sur notre sol !
Ces élevages exigent (...)
Par Groupe 4 du Grenelle de l’environnement :
L’ensemble du groupe s’accorde sur la nécessité de lancer un programme de masse de façon à amorcer à grande échelle l’évolution vers des agricultures durables. La proposition, consensuelle mais à approfondir, est de s’appuyer sur un dispositif de certification ou de notation environnementale.
1. Mettre en place en 2008 une démarche de certification/notation environnementale.
Il s’agit ici de bâtir d’ici fin 2008 des référentiels de certification ou grilles de notation, fondées sur des itinéraires techniques de référence territoire par territoire. Ces grilles, concertées entre les (...)
République Française   |   SIG © 2006   |   Infos site