Accueil de Forum.gouv.fr | Aller au contenu
> Accueil > Les interventions ex... : introduction
Les interventions extérieures de la France
Cacher réponses Replier sujets Cacher contenu Cacher contenu - Tri :
Page: - Suivante Suivante
74 Sujets Classer par sujet Z->A Classer par sujet A->Z
Auteur Classer par auteur Z->A Classer par auteur A->Z
Date Classer par date en ordre décroissant Classer par date en ordre croissant
Jean-Claude Mallet
9/05/2008
Aucune réponse Réponse aux internautes

Le neuvième forum de la commission invitait les internautes à réfléchir sur la légitimité des interventions extérieures de la France en matière de défense et de sécurité et sur les critères pouvant les justifier.

Je voudrais tout d’abord vous remercier à nouveau pour le nombre et la qualité de vos contributions. Elles témoignent de votre intérêt pour les questions intéressant la défense et la sécurité nationale. Soyez assurés qu’elles constituent un complément très utile aux réflexions de la commission, au moment où celle-ci vient d’entrer dans la phase de synthèse de ses travaux et de la rédaction du livre blanc.

Vos contributions peuvent être regroupées en trois champs : la légitimité des opérations, leurs conséquences en termes d’organisation des armées et la position internationale de la France.

Légitimité des opérations

Vous êtes nombreux à vous interroger sur la légitimité des opérations extérieures. .La majorité d’entre vous estimez que ces opérations sont utiles à la défense des intérêts de la France et des ressortissants français à l’étranger. Mais, pour certains, elles sont coûteuses, inutiles voire dangereuses et servent d’alibi au maintien d’une armée nombreuse.

Au-delà d’un intérêt direct pour la France, est aussi mise en avant la défense des droits de l’homme dans le monde, qui pourrait justifier des délais d’intervention plus rapides qu’ils ne le sont actuellement. L’exemple du Darfour est souvent cité. Rappel est aussi fait, assez fréquemment, de l’inertie des démocraties face à la montée du nazisme et de la nécessité d’une vigilance dans le monde d’aujourd’hui.

Conséquences sur l’organisation des forces

Le lien entre la réalité des opérations et la nécessité d’organiser les forces afin de leur donner les moyens d’assumer ces opérations est souligné. Beaucoup d’intervenants ont estimé nécessaire de disposer d’une capacité de projection maximum, en insistant sur les capacités maritimes - notamment les futures frégates multimissions - et les moyens de transport aérien. L’utilité des bases militaires permanentes à l’étranger est aussi évoquée, ainsi que la légitimité du recours à la réserve opérationnelle en opérations extérieures. A cet égard, une unité entièrement composée de militaires de la réserve opérationnelle a été envoyée dans les Balkans durant le dernier trimestre 2007. Vous indiquez que les opérations menées aujourd’hui montrent une certaine maîtrise de la part des armées françaises, due à la longue expérience et un aguerrissement des forces françaises supérieur à ce qui se rencontre dans beaucoup d’autres pays.

Positionnement international de la France

La nécessité pour la France de respecter ses accords de défense est souvent mise en avant. Par ailleurs plusieurs internautes ont indiqué qu’une action durable en faveur de la paix nécessite d’être capable d’un large spectre d’actions. Le besoin de capacités interministérielles pour prendre en compte les dimensions non militaires est souligné. Certains s’interrogent sur les futures opérations, les souhaitant moins nombreuses et mieux ciblées. C’est dans cet esprit qu’est aussi préconisé une plus grande responsabilisation des pays à risque. Il ressort de vos débats que les interventions à l’extérieur du territoire national constituent pour la France à la fois un devoir en même temps que la démonstration d’une capacité militaire et d’une volonté politique qui donnent à notre pays un rôle spécifique dans le concert international. Elles appellent un cadre clair et connu de tous les citoyens ainsi qu’une maîtrise pour éviter la dispersion ou des engagements qui ne seraient pas nettement fondés sur nos intérêts et nos responsabilités.

Jean-Claude Mallet, président de la Commission du Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale

Marcus
29/04/2008
Aucune réponse Et les menaces dirigées contre les NTIC ?

Les débats de ce forum ne portent pas sur les menaces et les attaques dirigées contre les réseaux de communication et les systèmes informatiques.

Actuellement on attend de chaque organisation privée ou publique qu’elle mette elle-même en place des parades défensives contre les attaques destinées à voler ou détruire des informations, paralyser les systèmes ou encore introduire des informations fausses dans le but de dénigrer ou de provoquer des actions contraires aux intérêts de celui qui utilisera ces informations manipulées.

Tant dans le domaine de la sécurité intérieure que dans celui de la sécurité extérieure, l’action publique n’est pas assez protectrice des intérêts du pays.

Pourquoi ne pas imaginer une "force de frappe" (dirigée tous azimuts...) capable de détruire physiquement ou logiquement les installations utilisées pour mener ces guerres peu bruyantes mais très destructrices ?

Martial
28/04/2008
Aucune réponse Intervention pour la sécurité des Français
Aucune intervention extérieure des forces françaises n’est nécessaire si elle n’a pas pour raison directe la sécurité de la France et des Français ou au moins la défense indiscutable de ses intérêts .
volfoni
28/04/2008
Aucune réponse inervention ou engrenage ,et LA FORCE MILITAIRE DE L’EUROPE ?
attention à ne pas s’exposer dans un engrenage ,couteux en vies hummaines,pour nos soldats,sachant que l’on réduit les crédits,et que l’état souhaite agrandir ces opérations hors des frontières européennes,on parle de l’europe mais nous n’avons toujours pas une force européenne pour ces missions.
Golf
26/04/2008
Aucune réponse impuissance maritime
Nos dirigeants n’ont jamais eu de vision maritime.Avec près de 11 millions deKm2,la France se doit une ambition marine,un amiral en 2s,déclarait récemment que les bâtiments de guerre français sur zone, lors de la prise d’otage de l’équipage du "Ponant" avaient une moyenne d’âge de 27ans !Le PA2 va passer probablement à la trappe, ce n’est pas en pirogue que la marine nationale veillera sur la non violation de notre espace de ZEE.L’effort de défense, engendre des emplois, ce n’est pas la DCN qui dira le contraire.A quand la croisière d’application des officiers élèves de la marine nationale sur des paquebots de croisière ? Mesdames et Messieurs les membres de la commission du livre blanc, faites preuve d’audace,comme aurait aimé le grand général.Une relance de la construction navale est indispensable comme la défense est utile et nécessaire pour notre indépendance et le rayonnement de la France.Un E2F supplémentaire,ce nez et ces oreilles du groupe aéronaval(PA1), ce n’est quand même pas du luxe !Le NH 90 version marine,pour relever les super Frelon a bout de souffle,ce n’est pas encore du luxe !Un 3ème BPC, ce n’est pas encore du grand luxe !6 SNA NG(Barracuda)avec le scalp naval.C’est une colossale nécessité ! ! !
Nestor
23/04/2008
1 réponse Interventions extérieures inutiles et dangereuses
Les interventions extérieures de la France sont souvent extérieures à la France voire aux intérêts français extérieurs .Elles procèdent peut-être trop souvent de l’aventure et de l’utopie pour arriver aux conclusions de leur inutilité , de leur dangerosité .S’abstenir de toute intervention extérieure serait une forme élevée de sagesse et d’intelligence .La France en est-elle capable ?
Requin
26/04/2008
Réponse conclusion ?
Doit-on en tirer comme conclusion que vous voulez redonner l’Afganistan aux Talibans pour qu’ils lapident à nouveaux des femmes, leurs interdisent l’accès à l’éducation et à la santé une fois qu’elles ne peuvent plus procréer ?
alain
22/04/2008
3 réponses Avec tous ces joujoux de guerre !

Avec tous ces joujoux de guerre !

Je ne comprends pas grand chose à ces sigles bizarres !

Pourriez vous s’il vois plaît, transformer ces chiffres abscons

En Hôpitaux, crèches, garderies, écoles maternelles, conservatoire de musique, salle de sport et autres plaisanteries du peuple.

Pour que je comprenne, pourquoi il est si important de dépenser les milliards que nous n’avons pas (dixit l’Elysée) pour aller porter la mort si loin de chez nous ?

marcus
24/04/2008
Réponse Porter la mort ?

Alain, si le choix entre le beurre et les canons était possible votre question aurait un sens mais la réalité est que la sécurité et la garantie de l’intégrité physique des personnes sont un préalable à toute forme d’action humaine.

Lorsque les "snipers" tiennent les rues les écoles sont vides.

Lorsque les champs sont minés les agriculteurs ne cultivent pas.

Lorsque les bibliothèques ont été incendiées il est trop tard pour étudier.

N’hésitez pas à visiter Sarajevo et à échanger avec celles et ceux de ses habitants qui ont vécu les années de guerre civile. Ce n’est pas loin, Sarajevo est plus près de Nice que bien des villes métropolitaines.

Bien sûr que les dépenses de défense doivent être comptées, comme toutes les autres. En France 1,7% du PIB est consacré à la défense, 30% aux dépenses sociales. Celles et ceux qui contribuent à la richesse nationale peuvent-ils le faire sans sécurité ? Iriez-vous enseigner, produire ou soigner au prix de votre vie ?

Enfin, je ne vois pas à quoi vous pouvez faire allusion en affirmant que nous "portons la mort si loin de chez nous".

Jeanmarie
25/04/2008
Réponse Dormir tranquille
Avec des joujous pareils comme tu ecrits, sache que tu peux dormir tous les soirs bien tranquillement dans ta petite maison avec ta petite famille. Sais-tu pourquoi des gens passent 70 jours sous la mer dans une grosse boite de conserve que l’on appelle un sous marin ? Sais-tu pourquoi les gars des Forces Spéciales ou de la DGSE (entre autre) "offrent" leur vie pour te garantir ta petite sécurité de tous les jours ? Je crois que tu ne sais pas grand chose en fait. En revanche tu sais sans doute que les parents apprennent ce vendredi à 16h30 que les profs seront en greve lundi toute la journée. Mais saches que le militaire lui, il sera bien présent à son travail parce que la grêve c’est un truc qu’il ne connait pas ! Alors tes mots .... abscons ...
Requin
26/04/2008
Réponse autre vision des choses
Même si il y a eu de graves erreurs dans les sommes dépensés pour la défense (trop d’hommes, pas assez de matériels en état), ces "joujoux", comme vous dites, servent à ouvrir des écoles, des hopitaux, etc etc... dans des pays (Afganistan, ex-Yougoslavie...) qui étaient sous dictatures ou en guerre. bien sur, cela ne concerne pas directement nos vies à court terme, mais si les Américains avaient pensé comme vous pendant la seconde guerre mondiale, nous serions toujours sous occupation Nazi ! !
marcus
22/04/2008
1 réponse Soutenir l’action diplomatique

L’action militaire hors les frontières, lorsqu’il ne s’agit pas (cf. Le Ponant) de se porter au secours des ressortissants, doit prioritairement accompagner ou préparer l’action diplomatique.

Les crises et conflits, même lointains, sont tous susceptibles d’avoir des répercussion pour la France et ses intérêts. Si des chances réelles de réglement diplomatique existent il faut pouvoir envisager l’usage de la force pour donner aux diplomates (et aux humanitaires s’ils étaient disposés à ne pas multiplier les micro-actions mais à avoir une stratégie concertée) la possibilité de négocier et déployer des solutions politiques. L’usage de la force revient à maintenir fermé le couvercle de la cocotte en attendant que quelqu’un veuille bien baisser la flamme qui provoque l’ébullition.

Si ne ce sont pas les pays ayant un crédit international, un réseau diplomatique complet et l’expérience de l’intervention lointaine qui agissent qui le fera ?

Imaginer que laisser dégénerer les crises nous permettra confortablement et gratuitement de constater que le dernier survivant d’un conflit est le vainqueur relève de la folie. Agir vite, tôt et bien (ce qui n’est pas aisé mais est tout de même possible) est la méthode qui a fait ses preuves. Pourquoi laisser brûler la forêt alors qu’on peut éteindre le début d’incendie avec un verre d’eau ?

charlie1597
29/04/2008
Réponse Eteindre l’incendie ?
Bonjour, Je pense en effet qu’il faut intervenir tot dans les conflits, mais cela est du ressort de l’ONU et à la demande de l’état concerné, ou d’une des parties prenantes du conflit. En ce qui concerne les interets de la France, si vous pensez, aux ventes d’armes, effectivement ces interets sont en jeu, mais j’ai une autre idée de la démocratie, avec un verre d’eau on peut effectivement etteindre un feu, à la condition de ne pas se tromper de liquide. N’oublions pas que ce qui peut être culturellement bon, occidentalement parlant, peut ne pas être compris par un autre peuple,la guerre n’est pas une solution, elle est simplement le résultat de l’echec des hommes à se comprendre et se respecter. Personnellement,je pense que pour ne pas provoquer d’incendie, il suffit de ranger les alumettes
Lazare Carnot
22/04/2008
Aucune réponse Notre problème reste la projection de puissance

Notre problème reste la projection de puissance (par opposition a la projection de force à terre).

Sans projection de puissance significative c’est a dire aujourd’hui aérienne (avion ou missiles), on n’intimide et ne dissuade pas grand monde à moins de brandir la menace nucléaire a tout bout de champ. D’autre part il y a aussi le probleme de l’entrée en force sur un théatre.

Si l’Europe (donc la France) n’a pas ces composantes, elle en est réduite essentiellement aux opérations de maintien de la paix et seulement si un pays tierce ne s’y oppose pas par la force, ou aux opérations en coalition avec les USA. C’est à dire de Gendarmerie de l’ONU ou de supplétif des USA.Ca n’en fait pas une puissance puisque c’est opérations ne peuvent etre avalisée qu’avec la bénédiction de la Chine, de la Russie, des USA qui peuvent y mettre leur véto. L’influence diplomatique et le pouvoir de négociation sur les affaires essentielles tombe à zero.

Rappelons nous de Suez !

Il me parait clair que la première capacité à acquérir et à renforcer est la projection de puissance (qui est couteuse). Soit par l’aéronavale, soit par le ravitaillement en vol, soit par des frappes massives de missiles de croisière de grande autonomie... Ce qui compte c’est d’etre "effect based". Ce n’est pas avec 100 bombes que l’on intimide un pays déterminé, mais avec des milliers. Et les SNA comme Capital Ships pour dominer l’espace maritime et interdire de surcroit. Il faut trouver les moyens budgétaires donc rationaliser et ne pas oublier l’arbitrage forces d’active/réserve opérationnelle.

Pour le rôle de supplétif ou de garde cotes, il y a les autres Européens. On ira pas tres loin avec seulement l’aspect maîtrise des crises et renseignement, sans capacité effective de combat.Les Britanniques l’ont compris, et ce malgré leur lien avec les USA. J’espere que les rédacteurs du Livre Blanc ne s’interdiront aucune reflexion innovante, ni de surmonter tous les conservatismes, pour permettre de conserver notre capacité d’agir.

Lazare Carnot
21/04/2008
Aucune réponse La projection de puissance est indispensable et à renforcer !

On est coincé budgétairement. Et pourtant le PA2 n’est pas un programme cher à 3 Md’€

Ce qui compte c’est la capacité opérationnelle véritable des armées, et en particulier le nombre des sorties d’avions de combat que l’on peut projeter soit par mer soit par air avec ravitaillement à grande distance dans le cas de la projection de puissance, capacité vitale pour une puissance militaire. Or, le PA2 ne rajoute aucune capacité opérationnelle avant 2016 ! Même si il était là, il ne se justifierait vraiment que si il avait son propre groupe aérien pour pouvoir éventuellement mobiliser 2 PA contre un adversaire de taille moyenne Car 220 sorties par jour change tout par rapport à 100 sorties si l’on considère que 50 sorties de défense aérienne servent à la protection du groupe aéronaval.. Sinon ca ne rajoute pas de puissance de combat par rapport au CdG. Faire un PA pour un simple problème de permanence ne se justifie pas. En effet le CdG est disponible à 80% dans un délai court.

Supprimer des SNA est impensable : le SNA est le « Capital ship » avec le(s) PA. Les SNA assurent aussi des missions indispensables en temps de paix de reconnaissance et sont la seule capacité de la Marine face a une grande puissance style Chine ou Russie car notre flotte de surface et la FOST serait tres vulnérable. Une capacité essentielle qui ne peut descendre en dessous de 6 ce qui est déjà insuffisant.

Une frégate seule et sans PA (ou l’AdA) pour la couverture n’est qu’une cible face a un pays moyen capable de lancer quelques dizaines de missiles anti navire en une seule salve.

Notre capacité de projection de puissance c’est-à-dire de sorties aériennes dans la profondeur est déjà insuffisante puisqu’elle dépend uniquement du nombre de PA et du nombre de ravitailleurs très insuffisant.

La puissance diplomatique et militaire c’est la capacité d’agir seuls si nécessaire. Et pas d’être simplement les supplétifs dans une coalition. Si les USA sont là, ils ont le nombre de PA ou de ravitailleurs nécessaire. Si ils ne sont pas là, c’est notre capacité et celle des Britanniques qui compte. Si les Britanniques ne sont pas là et bien nous sommes seuls car les autres Européens n’ont rien. Sur le long terme le PA2 me parait indispensable (si il reçoit ses avions qui ne peuvent être financés que par la réduction des dotations prévues à l’AdA et autant dire que cette dernière ne le voit pas d’un bon œil)

Donc seule la RGPP et la rationalisation des effectifs permet de nous rééquiper et financer le PA2 :
  Etre plus ambitieux sur la reduction des effectifs et plus rapide : rationaliser plus l’AdA et les services communs (voir la Suède !)
  Penser a de vraies unités de réserves pour le contrat de projection lourd à 50 000 h (modififier la loi)
  Commander TOUS les A400 en ravitailleurs pour decaler les MRTT ou augmenter notre capacité !
  Missiles de croisière lancables d’A400/MRTT (points d’accrochages) ?
  Benchmarker !

le fabuleux
21/04/2008
Aucune réponse interventions exterieures ?
pourquoi intervenir à l’exterieur, alors que en france, des familles son dans une tres grande difficulté,ont taxe les français pour aidé l’exterieur.Monsieur le president, vous les ministre, viver avec un smic pendant une année complète,sans aucune aides, et apres vous verrez peut etre les choses differament.Je ne suis pas d’accord à débloqué des fonds pour l’exterieur, alors que celui qui habite en bas de cher soit, on ne fait rien pour l’aidé.je suis passé par la,jamais, ont a voulu m’aidé. pourtant j’ai frappé à beaucoup de portes.Je sais de quoi je parle.Vous, forcement, avec vos salaires,et tous les à-cotés, vous ne manquez de rien.Aidé les français, mais arretez de les apovrires.
Augustin
20/04/2008
1 réponse une armée nationale pour la défense des intérêts nationaux
Les forces armées françaises , payées par les Francais , sont faites principalement pour défendre les intérêts nationaux français .C’est le premier critère de leur emploi .Tout autre emploi est sujet à critique .Il y aura toujours des guerres , mais nous ne sommes pas obligés de nous y précipiter à chaque fois pour des raisons toujours discutables et généralement mauvaises .
Manouche
24/04/2008
Réponse Un peu découragée, mais encore idéaliste

Je pense comme vous, Augustin. Hélas, les intérêts financiers de la France sont dépendants de ceux de tant d’autres Etats que nous ne pouvons plus vraiment faire machine arrière sans, probablement, une sorte de révolution (*), mais contrairement à celle de 89, il faudrait que celle-ci ait vraiment à l’idée d’appliquer les idéaux philosophiques qui lui permettrait d’instaurer un état intelligent, où le peuple s’auto-gère, pourquoi pas, par le biais de la démocratie directe... Mais c’est un rêve accessible seulement pour les Suisses, semble-t-il, ou tout simplement inapplicable pour un peuple qui aime tellement avoir un dirigeant qu’il en oublie souvent que c’est lui qui l’a choisi. De plus, nous ne sommes ni un peuple de révolutionnaires, ni un peuple uni. Cela ne pardonne pas.

(*) pacifique, intelligente, réfléchie et consentie par la majorité. Il s’agirait plutôt d’une réforme de notre fonctionnement politique, administratif et plus simplement étatique.

Cheveche
20/04/2008
Aucune réponse Voir venir la fin d’un age

On peut longuement débattre de l’intérêt ou des risques des OPEX. Ce qui est important, c’est de voir venir leur terme, la fin de leur pertinence comme la fin de leur tolérance par le reste du monde. Cette fin de leur pertinence viendra de la fin de leur efficacité face aux véritables intérêts de sécurité de notre pays.

Après le mouvement d’expansion coloniale, dans le sillage britannique, puis une brève période de stabilité entre les deux guerres, est venu le reflux, dont l’étape marquante sera les indépendances de l’après guerre, notamment des années 60. Viendra alors la phase de préservation de nos intérêts. Intérêts stratégiques d’abord, qui nous ont conduits à tenir dans la lutte est-ouest notre créneau de maintien des pays francophones dans le bloc occidental. Intérêts économiques aussi, de préservation, à la fois de marchés que nous étions moins habile à conserver par la voie de la compétition commerciale, et de ressources qui manquent a notre sol. Intérêts de puissance enfin, qui visaient à tenir en Afrique un rang en accord avec notre présence permanente au conseil de sécurité.

Cette phase touche elle aussi à sa fin. Un pays qui ne représente plus 1% de la population ni 4% de la richesse mondiales, doté d’une armée qui n’est plus capable d’intervenir seule où que ce soit ne peut plus soutenir des prétentions de puissance. Certes la France est encore pour quelques années le 6ème pays le plus riche du monde, mais son PNB par habitant la classe hors des dix premiers, ce qui signifie qu’elle doit consacrer cette richesse à sa population vieillissante avant de se préoccuper de la misère des autres et de leur bonne gouvernance.

D’autant que cette prétention à aider les autres ou à les ramener sur le chemin des droits de l’Homme cache un souci plus grave, bien qu’inavoué : celui de tenir la misère du monde loin de nos rivages. La tentative de les retenir chez eux par le développement a échoué, durablement et sans doute définitivement. Nos interventions en Côte d’Ivoire ou au Tchad ont bien ce but secret de maintenir au pouvoir des gouvernants avec lesquels nous puissions effectivement passer des accords de lutte contre l’émigration. Ceux qui arrivent ne partageront plus ce point de vue. La montée d’une misère plus criante encore, la généralisation de la famine et la mise des ressources énergétiques hors de portée de leurs pouvoirs d’achat ne peut que les conduire à pousser leur population vers les zones que les médias leur montrent quotidiennement comme insolemment riches. Dès lors, nos intérêts de sécurité seront à nos frontières, dans nos aéroports, nos postes de douane routière, nos ports voire nos plages.

Nos interets de securite seront egalement ceux de la preservation de nos sources et de nos voies d’approvisionnement. Mais la non plus les puissances émergentes, qui se construisent toutes des armées puissantes, ne nous laisseront pas longtemps agir à notre guise.

romainberth
15/04/2008
1 réponse Pourquoi se mêler des affaires des autres ?

Je me permets d’écrire ce message car je sais que bon nombre de gens se pose la question suivante : pourquoi se mêler de situations qui ne nous concernent pas ? Laissons les Etats régler leurs conflits même militaire entre-eux et grâce à cela en plus on ferait de substancielles économies. Alors la je ne peux rester sans réagir. En effet, il me semble clair que certains pays du monde ont la capacité de frapper et d’autres non. Ceux qui l’ont comme la France ne peuvent rester indifférent à des génocides qui interviennent régulièrement en Afrique ou des conquètes illégales de pays comme l’Israël avec le Liban. Heureusement que ces pays y compris les Etats-Unis jouent un peu le rôle d’arbitre. La seule chose que je regrète est le temps qui est mis par les Etats pour intervenir. Je pense au Darfour où le temps des procédures tuent les gens qui ont besoin qu’on les aides. L’inconvénient est que ces états plein de puissance comme les Etats-Unis peuvent imposer les règles (cf. Irak). La c’est le problème d’une autorité au dessus des autres, elle a forcément les mains libres. Il est humain d’aller défendre les kosovar se faire envahir par l’armée serbe. Ce genre d’attitude mérite que des interventions soient faîtes et y compris militaire car certains dirigents ne se plie qu’avec ca malheureusement. Il faut donc se préparer à ce genre d’interventions. Pourquoi devrions-nous en subir les coûts ? Nous n’avons pas à faire la police internationale. Tel est la question. Je répondrais que nous ne pouvons contrôler tout le monde et c’est tant mieux mais il faut absolument via ces interventions éviter des crises qui peuvent très facilement déraper. Pour finir je prendrais un exemple simple pour illustrer mes propos. Au lieu d’attendre qu’Hitler fasse son énorme armée et attaque gentiment les russes, on aurait pu attaquer en même temps afin de stabiliser l’europe face manifestement à un fou. Nous aurions empeché une gangraine de monter et nous raser la moitié de l’europe. Lorsqu’une intervention militaire est pratiquée sur un état, il faut en prendre la mesure par rapport à ce qui a déclenché l’intervention mais il ne faut pas hésiter à y aller sous peine de le regretter en terme de nombre de morts après. Je ne dis pas non plus qu’il faut intervenir à tout va. Elle ne doit être envisagé qu’après procédure diplomatique ca va de soi.

Qu’en pensez-vous ?

alain
19/04/2008
Réponse Belle envolée lyrique

Il est illusoire de croire que les pays puissants interviennent dans les affaires des autres par bonté d’âme ou grandeur humanitaire, il y a hélas toujours caché derrière une sordide affaire de gros sous, si ce n’est plusieurs.

Le rapport financier à cours terme est devenu la seule règle de conduite des puissants (groupes industriels majeurs, pays ou conglomérat des deux)

Les guerres humanitaires non jamais existé, il peut par contre arrivé que ponctuellement des intérêts convergents fortuits conduisent à des actions de ce genre.

Ce n’est pas un point de vue pessimiste, c’est une simple et douloureuse analyse des faits qui se déroulent sur notre planète.

romainberth
15/04/2008
Aucune réponse Les intérêts des opérations extérieures
Réfléchissons posément. Je me suis pas mal imprégné de ce forum et j’y rencontre bon nombre de gens qui ne voit aucun intérêt à l’armée en générale. Je les comprends très bien et je suis d’accord avec eux. Pas d’armée = pas de guerre = vivre mieux. Si ca pouvait être ca ca serait super ! Ce qui grise le tableau est que nous sommes nombreux sur Terre, et il y a toujours quelqu’un pour faire une armée secrètement et conquérir le voisin ! C’est selon moi l’origine de l’insertion d’une politique de défense dans toutes les sociétés. La défense est aujourd’hui impossible à supprimer. Une position 100% anti-militariste aujourd’hui relève de la pure bétise. Ce constat étant fait je pose la question suivante : pourquoi aller patrouiller en océan indien ou au large de la Chine ou intervenir en côte d’ivoire alors que nous avons des SDF à loger dans toute la France et que nous traversons une crise économique ? Réduire la position de la Défense à ce genre de phrase est à mon avis trop rapide et assez irréfléchit. Premièrement, en France le budget militaire s’appelle le budget de la Défense. Heureusement il porte bien son nom. C’est différent par exemple pour les Etats-Unis. Eux ils attaquent. Le budget de la défense fonctionne comme les autres budgets si on coupe les vannes d’une année sur l’autre cela se ressent énormément. Il faut une certaine constance dans les budgets et la je parle en général. Pour illustrer l’intérêt des opérations extérieures souvent mal perçues, prenons un exemple pour les illustrer. Le Les patrouilles en océan indien. Nnous avons une force de présence en océan indien qui n’est pas négligeable mais pas extraordinaire étant donné le trafic à analyser. Pourquoi ca ? L’histoire du Ponant l’illustre assez bien mais la on avait affaire à des particuliers qui avaient surement de jolis comptes bancaire à l’image du navire, ce qui attire les pirates de plus en plus présent dans la région. Non la vrai raison des patrouilles dans cette région est le canal de suez. Cette embouchure où transite une somme collosale de valeur marchande via les énormes bateaux. Le transport maritime c’est 90% du trafic mondial et 75% de celui de la France ai-je vu dans des articles spécialisés. Pour donner un ordre d’idée, il existe énormément de navire conteneur qui peuvent aller jusqu’à 10000 ou 12000 conteneurs. Un seul représente 1 milliard de dollars. De grand groupe en font passer à longueur de journées dans ces embouchures comme le canal de suez. On comprend tout de suite mieux pourquoi il faut protéger ce trafic un minimum sous peine de paralyser les économies de nombreux pays. Ceci passe par la Marine en premier lieu et elle doit disposer des moyens adéquats pour pouvoir avoir une permanence à la mer dans cette région et d’autres, par l’Armée de l’Air qui doit pouvoir les surveiller jours et nuits (je pense aux avions/drones), et enfin par l’Armée de Terre qui peut fournir via l’ALAT les hélicoptères et les hommes. Que pensez-vous de cette analyse ?
Cacher réponses Replier sujets Cacher contenu Cacher contenu - Tri :
Page: - Suivante Suivante
République Française   |   SIG © 2006   |   Infos site