Accueil de Forum.gouv.fr | Aller au contenu
> Accueil des forums
Synthèse finale du forum personnages_3types (655 octets, 40x21 px)

Des connaissances à bâtir et à partager

La majorité des internautes se dit inquiète des risques que pourraient présenter les OGM, qu’il s’agisse d’environnement, de santé ou de coexistence entre OGM et autres formes d’agriculture. Pour cette raison, ils sont nombreux à demander d’avantage de recherche scientifique. Selon certains d’entre eux, les intérêts industriels très importants liés à l’existence de brevets rendent difficile l’expertise indépendante sur les questions génétiques.

"Papitou1" écrit :
Les problèmes sont grands et pour certains comportent une irréversibilité dangereuse (biodiversité en grand péril, contamination et non coexistence possible de plantes OGM et de plantes " naturelles", etc.). Il faudra beaucoup de courage (et de moyens), beaucoup d’intelligence et de sagesse pour mettre tout cela en œuvre et sans doute s’opposer à des lobbies [...].

"DL" écrit :
Il est nécessaire de réfléchir sur les stratégies des entreprises qui développent et mettent les OGM sur le marché. La manière dont les techniques d’ingénierie génétiques sont développées renforce le pouvoir des entreprises par la prise systématique de brevets et leur permet d’étendre un contrôle privé de la propriété des semences et d’accroître la part de marché de leurs herbicides.

Les inquiétudes des intervenants portent sur l’impact des pratiques agricoles induites par les OGM, leur "dissémination fortuite" dans les écosystèmes, la dépendance des agriculteurs. Ils font aussi état d’incertitudes sur leurs conséquences pour la santé. Les substances insecticides produites par certaines plantes génétiquement modifiées comme le maïs Bt sont particulièrement mentionnées. Les contributeurs redoutent une augmentation de l’usage des herbicides pour les plantes, les rendant ainsi tolérantes au produit. Plus généralement ils s’inquiètent des perturbations biologiques pouvant résulter de la modification génétique.

"FzB37" écrit :
Pour les OGM mis sur le marché, je le répète, il n’y a pas de risque démontré, ni même théorique, pour la santé.

D’autres internautes répondent que les connaissances scientifiques demandées existent déjà. Ils défendent l’idée que les OGM sont parmi les produits les plus contrôlés qui soient sur le marché. Ils évoquent les peurs irrationnelles d’une population mal documentée et accusent certains de maintenir artificiellement la controverse par la désinformation. Ils attirent l’attention sur un amalgame entre la question des OGM et ceux posés plus largement par l’agriculture intensive (menace sur la biodiversité par exemple). Ils dénoncent, enfin, la naïveté de ceux qui sont fermement convaincus de l’innocuité des produits naturels.

Les interprétations divergent sur les conséquences économiques et sociales des OGM dans les pays où ils ont été largement utilisés. Il y a également désaccord sur l’impact de leur diffusion pour les agriculteurs des pays du Sud.

Les points de désaccord apparaissent donc marqués. Les opposants aux OGM mettent surtout en avant des risques pour l’environnement, la coexistence ou la dépendance des agriculteurs et l’incertitude entourant les effets sur la santé. Les défenseurs des OGM répondent surtout en mettant l’accent principal sur l’absence de risques pour la santé ou sur les progrès techniques. Les discussions s’enlisent par la contestation quasi systématique des arguments employés de part et d’autre.

Une haute autorité sur les OGM

Beaucoup d’internautes sont favorables à la création d’une instance chargée de garantir une recherche indépendante, pluridisciplinaire (incluant les sciences sociales) et une information fiable sur les OGM. Quelques-uns pointent toutefois du doigt la nécessité d’une approche internationale concernant les questions réglementaires.

La proposition de créer en France une haute autorité sur les OGM ne fait pas l’unanimité. Plusieurs contributeurs estiment qu’elle serait redondante avec les instances existant déjà à l’échelle nationale (l’Affsa, la CGB) et européenne (l’EFSA).

Des principes incontournables pour une loi sur les OGM

Les internautes sont globalement d’accord avec les 7 principes proposés par le groupe de travail.

Une minorité d’internautes est favorable à la brevetabilité des gènes. Elle leur apparaît comme une nécessité économique du fait de son existence dans plusieurs pays, dont les Etats-Unis. Pour la grande majorité des contributeurs toutefois, la non-brevetabilité du vivant apparaît comme un principe essentiel. Pour eux, le fait que la possibilité de breveter des séquences génétiques existe déjà aux Etats-Unis et en Europe ne constitue pas un argument pour s’y résigner. Le Grenelle leur apparaît comme une occasion unique de faire passer le message et de relancer des initiatives européennes. Plusieurs contributeurs soulignent que les brevets sur les gènes introduisent un biais économique dans les orientations de recherche. Le développement des entreprises semencières serait ainsi orienté en faveur des OGM, donc au détriment d’autres approches. Le risque d’une dépendance accrue des agriculteurs aux firmes (déjà fortement liés par l’impossibilité de resemer les graines issues des variétés hybrides) est également un argument fréquent.

"Producteur d’OGM et fier de l’être" écrit :
Brevetabilité du vivant : Qui est aujourd’hui prêt à travailler gratuitement pour vivre ? La création artistique a le Copyright pour permettre à un auteur de vivre, le brevet sur un gène permet à un chercheur de poursuivre ses travaux. Personne ne m’oblige à acheter et payer des droits sur la musique que je n’aime pas ; personne ne m’oblige à utiliser un gène dont je n’ai pas besoin et à payer des royalties.

Du fait des incertitudes perçues concernant l’usage des OGM dans l’agriculture et l’alimentation, le moratoire et l’arrêt des cultures en plein champ constituent une demande forte des internautes. Le principe de précaution est souvent évoqué. Certains intervenants déplorent toutefois les conséquences qu’aurait un tel moratoire. Il s’agit notamment d’agriculteurs qui s’inquiètent de l’impossibilité d’utiliser ces solutions techniques. Ils craignent une perte de compétitivité pour l’agriculture française.

"Léa D" écrit : - Adopter un moratoire immédiat sur les cultures d’OGM en plein champ, qui sont notamment une importante source de contamination génétique de l’environnement et posent l’épineuse question de la brevetabilité du vivant.
  Développer une recherche non partisane sur les impacts des OGM en plein champ, qui quantifie notamment les risques de toxicité et de contamination génétique de l’environnement.

De nombreux internautes souhaitent pouvoir consommer des produits sans OGM. Leur motivation est souvent liée aux interrogations sur l’innocuité des OGM. Elles relèvent parfois aussi de l’affirmation d’une liberté de choix des produits en fonction de leur mode de production. Ils sont plus nombreux à réclamer une meilleure protection des cultures, notamment biologiques, vis-à-vis des "disséminations fortuites" de pollen transgénique. De façon complémentaire, ils demandent un étiquetage clair des produits. L’étiquetage actuel n’est pas jugé satisfaisant car il ne prend pas en compte l’alimentation des animaux et le seuil de 0,9 % déterminant l’obligation d’étiquetage apparaît arbitraire. Toutefois, certains mettent en cause la pertinence des choix des consommateurs. Une partie des discussions portent sur une remise en question de la qualité sanitaire des produits "bio", avec le cas des mycotoxines notamment.

19-10-2007 00:00

Descriptif du forum

Grenelle environnement : atelier OGM

Les trois séances de travail de l’intergroupe sur les organismes génétiquement modifiés ont été consacrées respectivement à la science et à la connaissance, à la gouvernance, et au contenu d’une future loi.
22-10-2007 21:40

Les autres synthèses de ce forum

République Française   |   SIG © 2006   |   Infos site