Accueil de Forum.gouv.fr | Aller au contenu
> Accueil des forums
Synthèse du forum "Grèves dans les transports publics : comment mieux prévenir, mieux organiser, mieux informer ?" au 13 juillet personnages_3types (655 octets, 40x21 px)

Deux positions principales dominent dans les échanges. Pour de nombreux intervenants, l’aménagement du droit de grève est nécessaire pour garantir le service aux usagers, faute de quoi il fait l’objet d’abus. Un nombre presque équivalent s’oppose à l’aménagement proposé. Ils estiment que les problèmes des transports publics ont d’autres causes que les grèves, ou que celles-ci peuvent être prévenues par d’autres moyens.

On retrouve cette opposition d’ensemble dans les points de vue exprimés sur des aspects particuliers :

  Les internautes favorables aux mesures proposées estiment que les salariés des transports publics sont des privilégiés en comparaison, par exemple, des travailleurs précaires. Ils soulignent que ceux-ci souffrent particulièrement des perturbations de service. A l’opposé, des messages précisent que le travail des agents des services publics reste pénible. Ils affirment que l’essentiel des perturbations des transports publics n’est pas lié aux grèves ou indiquent qu’une forme de service minimum est déjà en place.

  Des messages insistent sur les pratiques antidémocratiques lors des grèves. En réponse, d’autres contributions soulignent la représentativité des organisations syndicales dans les transports publics. Cette représentativité fait l’objet d’affirmations contradictoires, en fonction des considérations des internautes : la participation forte aux élections professionnelles ou le taux nettement plus faible de syndicalisation.

  Certains points provoquent des controverses assez vives. Ainsi, la mention dans la proposition de loi du 4 juillet 2007 du non-paiement des jours de grève suscite des messages soulignant, pour la plupart, que leur paiement est tout à fait exceptionnel. Une minorité de messages signale cependant que, lors de grands conflits, ce non-paiement a fait l’objet d’aménagements.

Certains internautes tentent de suggérer des pistes pour dépasser un conflit qu’ils redoutent. Ils demandent à l’Etat de prendre le temps d’une concertation prolongée avec toutes les parties prenantes. Mais d’autres intervenants souhaitent que l’Etat s’engage à aménager le droit de grève si cette concertation échouait.

La question de l’information des usagers n’a été que peu débattue, certains messages développant cependant des propositions concrètes en la matière, par exemple pour l’information des personnes âgées ou handicapées.

Verbatim

"gdcbybury" écrit :
Je pense que les "usagers" seraient de toute façon suffisamment pénalisés y compris en cas de service minimum, pour que la grève reste un moyen de pression efficace.

"djodi" écrit :
Il y a une véritable différence entre les injustices dont vous vous dites victimes et celles que vit au quotidien la France précaire. Que vous le vouliez ou non dans les services publics français, la grève est automatique. On préfère les conflits sociaux aux compromis.

"Gilbert Caillat" écrit :
J’ai déjà connu des mouvements de grève, parfois importants et longs comme en 1995. Mais que fait la SNCF dans ces cas-là ? Elle privilégie les TGV et les trains de grande ligne, dans lesquels il y a plus de voyageurs "plein tarif". Par contre les TER, qui sont de plus acquis et financés par les Conseils régionaux, sont fortement impactés.

"roby" écrit :
Je suis à la SNCF depuis 1981. J’ai connu pas mal de conflits. Je n’ai pas toujours fait grève, car je ne suis pas toujours forcement d’accord avec les syndicats et leurs motivations, mais lorsque j’ai fait grève, jamais, je dis bien jamais je n’ai été payé pour ça !

"Yamok" écrit :
La difficulté à faire face à une grève des Transports Publics (TP) pour des personnes âgées ou handicapées est une réalité à prendre en compte.

16-07-2007 15:27
République Française   |   SIG © 2006   |   Infos site