Accueil de Forum.gouv.fr | Aller au contenu
> Accueil des forums
Synthèse du forum Ecole et internet au 13 février personnages_3types (655 octets, 40x21 px)

Beaucoup d’internautes sont favorables à la présence des TIC (technologies de l’information et de la communication) à l’école. Les discussions portent sur les usages possibles, les limites à poser, les moyens matériels et humains indispensables.

Ressources humaines

Beaucoup de messages continuent de signaler la lourdeur de la tâche que représentent la maintenance d’un parc informatique dans les établissements et l’assistance aux utilisateurs en difficulté. Leurs auteurs demandent la mise en place de personnels dédiés, compétents et disponibles. Des témoignages de personnes ressource font état de leur découragement à force d’être systématiquement sollicités.

S’inscrivant également dans la continuité des premières semaines de participation, des enseignants demandent à être mieux formés aux TIC, de manière à en faire un usage raisonné et à mieux accompagner leurs élèves dans leur apprentissage.

Usages

Les contributions sur les usages existants ou possibles sont nombreuses et sont majoritairement positives en terme d’intérêt pour l’élève ou pour l’enseignant. Les pratiques mentionnées relèvent :
  du partage de contenus (sites web réalisés par des professeurs pour leurs élèves ou à la disposition de leurs collègues) ;
  de la coopération (sites réalisés par des élèves dans le cadre d’un travail commun) ;
  de la correspondance (transmettre le cours à un élève malade, dialoguer avec son correspondant étranger) ;
  de l’enseignement assisté (autoévaluation ludique, gestion collective de l’erreur...).

La question des usages appelle celle de la configuration des TIC dans l’école. Des ordinateurs regroupés dans une salle multimédia ou au CDI (centre de documentation et d’information) apparaissent tout à fait pertinents dans le cadre d’un enseignement spécifique. Mais ils ne peuvent servir les mêmes usages que des machines installées directement au sein de la salle de classe.

Mises en garde et précautions

L’enthousiasme de certains contributeurs concernant l’usage des TIC n’est pas partagé par tous. Des risques de dérive sont pointés du doigt.

La fracture numérique existant entre les enfants bénéficiant d’un ordinateur à leur domicile et les autres est une source d’inquiétude. Plusieurs contributeurs attirent l’attention sur l’énergie nécessaire à l’usage même de l’outil informatique. Un enseignement minimum apparaît un préalable pour un travail en classe. Il porterait sur l’ergonomie du poste de travail, sur une familiarisation avec la disposition des touches du clavier, sur l’utilisation de base des logiciels (lancement, fermeture, sauvegarde de documents, utilisation des différents menus...).

Pour certains, le partage de cours complets en ligne ouvrirait la voie à une simple copie sans appropriation intellectuelle (pour l’élève comme pour l’enseignant). Ils jugent plus raisonnable de mettre à disposition des ressources brutes à exploiter. Pour la majorité cependant, cette crainte ne devrait pas être un frein au partage. En contrepartie, la capacité d’appropriation devrait faire l’objet d’un apprentissage.

Plusieurs témoignages relatent aussi le pouvoir de séduction de la technologie, pouvant faire perdre de vue, à l’enseignant autant qu’aux élèves, l’objectif du cours. Ils plaident en faveur d’un usage modéré de l’ordinateur en classe. La nécessité d’un encadrement systématique des élèves fait consensus.

Les programmes des matières traditionnelles étant déjà chargés, il paraît difficile d’y ajouter l’apprentissage des TIC. Aux yeux de beaucoup de contributeurs, les précautions invoquées rendent souhaitable un enseignement spécifique.

Mise en place d’un enseignement dédié aux TIC

Plusieurs documentalistes se disent prêts à prendre en charge cet enseignement. Il ne serait, selon eux, que la suite logique des évolutions intervenues ces dernières années dans leurs missions. Certains s’estiment pourtant déjà surchargés du fait d’une réduction de postes dans leur profession. Ils demandent la mise en place d’aides documentalistes.

A partir de quel âge ?

Plusieurs internautes s’interrogent sur l’âge à partir duquel il est pertinent de mettre un enfant derrière un ordinateur. Certains mettent en avant la nécessité d’une certaine maturité, d’autres souhaitent privilégier l’apprentissage des fondamentaux (lecture, écriture) : l’utilisation des TIC à l’école primaire serait donc prématurée. A l’inverse, plusieurs internautes l’envisagent à ce stade, dans la mesure où un usage ludique et modéré serait privilégié.

Verbatim

"Rubens" écrit :
Je réalise alors que toutes les heures englouties n’ont pas fait de moi un meilleur pédagogue. Juste une addiction et une compétence illusoire. Avec le changement du système d’exploitation, tous mes travaux de développement sont devenus obsolètes... Je reprends l’enseignement à plein temps, mais il faut continuer à administrer le réseau de l’établissement. On vient même me chercher en cours...

"Philippe-Charles Nestel" écrit :
Il n’y a pas un seul et unique usage de l’informatique mais des hyper-usages. Il devient nécessaire, me semble-t-il, d’enseigner un minimum de fondamentaux informatiques pour tous, en technologie en collège et dans un cours dédié au lycée.

"Jyr" écrit :
Tous les logiciels reposent sur des normes et des concepts communs. Pourquoi ne pas les mettre en exergue lors de la formation pour donner des bases plus stables et plus solides à l’apprentissage ?

"Julien" écrit :
Les enfants de familles aisées arriveront à la fin de leur scolarité avec des facilités dans le domaine informatique car ils auront eu tout le loisir d’y accéder chez eux durant leur enfance, ce qui n’aura pas été le cas dans les familles modestes. Proposer un enseignement en informatique, c’est rétablir cet équilibre en offrant à tous la possibilité de maîtriser ce qui est devenu un élément fondamental de notre société.

15-02-2008 16:58

Descriptif du forum

En savoir plus


23-01-2008 09:11

République Française   |   SIG © 2006   |   Infos site