Accueil de Forum.gouv.fr | Aller au contenu
> Accueil des forums
Synthèse du forum "Grèves dans les transports publics : comment mieux prévenir, mieux organiser, mieux informer ?" au 20 juillet personnages_3types (655 octets, 40x21 px)

La question du dialogue social

Des jugements très contrastés sont formulés sur les causes du mauvais fonctionnement de la prévention des conflits. Pour certains, la responsabilité en incomberait à l’attitude des directions qui ne traitent pas leurs interlocuteurs syndicaux en vrais partenaires. Pour d’autres, c’est le maximalisme des revendications syndicales qui explique l’échec de certaines négociations.

Le paiement ou non-paiement des jours de grèves

Des intervenants insistent sur le fait que le non-paiement est déjà la règle. Des commentaires en réponse soulignent qu’il donne lieu à négociation en fin de conflit, notamment lorsque celui-ci est de longue durée. Selon les auteurs de ces commentaires, l’affirmation du principe de non-paiement encouragerait les salariés à privilégier la négociation par rapport à la grève.

La perception des avantages de certaines catégories de travailleurs

Des messages assez nombreux soulignent le caractère archaïque de certains avantages ou primes et le coût pour la collectivité des régimes spéciaux de retraite. Les réponses mettent en avant le fait que les conditions de travail restent difficiles dans les métiers concernés ou font état de contreparties à ces avantages (cotisations de retraite plus élevées).

Le lien entre les conditions d’exercice du droit de grève et la qualité du service rendu au public

Pour certains l’exemple anglais montre qu’un affaiblissement du droit de grève suivi de privatisation a conduit à une mauvaise qualité des services publics. D’autres citent en exemple l’Allemagne où un service public de transport de qualité existe dans un contexte de privatisation encadrée et de force du dialogue social.

Verbatim

"Jéjé98" écrit :
Le service minimum existe déjà, tout du moins à la SNCF. Depuis de nombreuses années, il existe un "plan de transport adapté" qui est défini à l’avance. Suivant ces informations, la direction de l’entreprise décide sa mise en application. Il prévoit les trains qui circulent sur les sections de ligne et les mises en place de solutions de remplacement si nécessaire. Obliger les salariés à se déclarer en grève ne fera pas circuler plus de trains les jours de grève.

"jack" écrit :
Le problème, c’est que la grève n’est plus un instrument de dernier recours. Elle est, dans certaines entreprises publiques, devenue l’expression banalisée de toutes les doléances. [...] Pour dialoguer, il faut être deux. Imputer mécaniquement l’échec des négociations au seul employeur, c’est bien méconnaître le contexte actuel du dialogue social, [...] le jusqu’au-boutisme syndical.

"salarié ayant travaillé dans le public et dans le privé" écrit :
Je trouve très bien que la loi rappelle que les jours de grève ne doivent pas être payés. La mauvaise foi des syndicats qui hurlent à ce sujet est évidente, alors que bien souvent le premier sujet de discussion lors des négociations de fin de conflits porte, justement, sur le paiement des jours de grève.

"gros privilégié" écrit :
Je travaille à la SNCF depuis 1978, aucun jour de grève payé en presque 29 ans, on ne doit pas parler de la même SNCF. Par contre en 1995, étalement des retenues sur quelques mois.

"anonyme" écrit :
Pourquoi existe-t-il autant de différence entre le modèle allemand qui semble être une réussite et le modèle britannique qui est une catastrophe ?

24-07-2007 16:32
République Française   |   SIG © 2006   |   Infos site