Accueil de Forum.gouv.fr | Aller au contenu
> Accueil des forums
Synthèse finale du forum sur l’évolution du métier d’enseignant personnages_3types (655 octets, 40x21 px)

Le forum invitait les internautes à discuter de la condition enseignante et des évolutions du métier. Trois angles étaient proposés : conditions d’entrée dans la carrière, conditions d’exercice du métier d’enseignant et déroulement de carrière. Tous ont été traités.

Conditions d’entrée dans la carrière

De nombreux internautes remettent en cause le système de recrutement de l’Education nationale. Ils jugent aberrant que les concours sanctionnent uniquement l’acquisition des connaissances. Ils estiment que les compétences requises pour le métier (pédagogie, autorité) n’y occupent qu’une place dérisoire. Ils soulignent également que la formation dispensée en IUFM (institut universitaire de formation des maîtres) devrait être moins théorique et mieux préparer les candidats aux réalités quotidiennes d’une classe.

Les intervenants sont également nombreux à trouver que les règles régissant les premières affectations sont incohérentes. Les enseignants les moins expérimentés se retrouvent dans les établissements réputés difficiles (zones d’éducation prioritaire, lycées techniques), là où l’expérience serait un atout. Le forum recueille également plusieurs témoignages d’enseignants souffrant ou ayant souffert de l’éloignement de leur conjoint, de leurs enfants. Des internautes demandent un concours par zone géographique et non national.

Conditions d’exercice

De nombreux messages attestent d’un manque de considération du métier d’enseignant. Des internautes prennent à partie les enseignants au sujet de leur rythme de travail et de leurs revendications jugées injustifiées. En réponse, des enseignants font état des heures de travail en dehors de la classe (préparation de cours, correction de copies, bulletins scolaires, réunions...). Ils mettent l’accent sur la pénibilité de leur activité (caractère éprouvant d’une heure de classe, travail soirs et week-ends, autorité mise à l’épreuve par les élèves, mais aussi les parents...). Les professeurs de musique, mis en cause par de récents propos de Claude Allègre, défendent leur métier, dénonçant une présentation qu’il jugent caricaturale. Les remèdes proposés au manque de considération sont d’abord une revalorisation des salaires et, dans une moindre mesure, une communication sur les réalités du métier.

Le passage aux 35 heures hebdomadaires sur le lieu de travail fait partie des demandes de certains internautes. Plusieurs enseignants se disent prêts à l’accepter, si on leur fournit les conditions professionnelles appropriées : un lieu propice au travail (ce qui n’est pas le cas de la salle des professeurs), doté de l’équipement nécessaire. Beaucoup déclarent travailler sur leur ordinateur personnel.

Tout au long du forum, les directeurs d’école ont exprimés leur revendication d’un statut à part entière, à l’image de celui de leurs homologues de l’enseignement secondaire. Ils sont nombreux à témoigner d’une surcharge de leur emploi du temps mettant en péril la qualité de leurs heures de classe. La plupart d’entre eux souhaitent être dégagés de ces heures, pour se consacrer pleinement aux multiples tâches qu’exige leur fonction. Ils demandent également une revalorisation de leur salaire. Ils estiment que, sans celle-ci, leurs postes risquent de n’être pourvus que "par défaut".

Les documentalistes, moins nombreux, exposent aussi leurs doléances. Ils expliquent comment les TIC (technologies de l’information et de la communication) et internet ont induit de profonds changements dans leur profession : diversification des supports, des lieux et des temps d’accès à l’information. Il leur faut aujourd’hui enseigner la recherche documentaire, apprendre aux élèves à avoir un regard critique sur l’information, travailler en équipe avec les autres enseignants pour des activités pluridisciplinaires... Ils demandent des moyens à la hauteur des nouveaux enjeux de l’information : davantage de postes de documentalistes ou création de postes d’adjoints. Ils réclament également un véritable programme d’enseignement pour les sciences de l’information. Les documentalistes estiment aussi être des enseignants à part entière et demandent à être considérés comme tels, avec la mise en place d’une agrégation, le droit aux heures supplémentaires et aux inspections.

Plusieurs internautes abordent la question de l’intégration des élèves en situation de handicap mental. Les témoignages montrent que les enseignants ne se sentent ni préparés ni en situation d’assumer seuls cette intégration. Quelques enseignants pensent que l’intégration n’est pas une bonne solution. L’enfant handicapé risquerait d’être privé d’un encadrement adapté et les autres élèves de l’attention d’un maître qui ne serait plus assez disponible. Mais la plupart des enseignants estiment l’intégration souhaitable, si elle se fait dans de bonnes conditions. Ils demandent surtout à être formés à ce type de situation et à pouvoir bénéficier d’un assistant de vie scolaire (AVS) si nécessaire, ce qui ne serait pas le cas actuellement.

Déroulement de carrière

Plusieurs contributeurs plaident pour la reconnaissance de l’expérience acquise, selon le principe de la validation des acquis de l’expérience (VAE) pratiquée ailleurs : les enseignants en situation précaire (maîtres auxiliaires, titulaires en zone de remplacement, contractuels), exerçant depuis plusieurs années, mais ne disposant pas du temps nécessaire à la préparation du concours, pourraient ainsi espérer une titularisation à une échéance raisonnable.

La rémunération des enseignants est abordée à de multiples occasions tout au long du forum : revalorisation, rémunération au mérite, inégalités de traitement...

Ainsi, de nombreux professeurs espèrent une revalorisation de leur salaire. Elle leur paraît nécessaire pour tenir compte de la pénibilité du travail et restaurer un peu du respect que le métier inspirait jadis. Des internautes jugent difficile la revalorisation simultanée de tous les salaires. Parmi les autres pistes explorées, la rémunération au mérite a été largement débattue. Beaucoup n’y sont pas opposés, mais ses règles semblent complexes à établir : il ne serait pas admissible, par exemple, de se contenter des inspections, trop rares, ou de l’appréciation du seul chef d’établissement.

Un des sujets récurrents du forum concerne les différences de traitement entre enseignants. Certaines sont vécues comme des injustices. C’est le cas des avantages conférés par l’agrégation par rapport au Capes (certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement du second degré) : moindre nombre d’heures de classe et meilleure rémunération. Des internautes demandent que cette différence soit abolie, jugeant qu’elle ne s’appuie sur aucune réalité dans le travail effectué. D’autres rappellent cependant que l’agrégé a valeur de référent dans sa discipline au sein de l’établissement où il exerce.

Plusieurs participants arrivent à la conclusion que c’est la gestion des ressources humaines dans l’institution Education nationale qui pose problème. Les agrégés, par exemple, se plaignent de la difficulté à trouver une affectation dans le supérieur.

Enfin, des témoignages font état de fins de carrière souvent difficiles, quand l’énergie nécessaire pour tenir une classe fait défaut. Leurs auteurs se plaignent de l’impossibilité de changer de métier, y compris en restant au sein de l’Education nationale. Ils souhaitent donc l’instauration d’un meilleur suivi de l’enseignant, souvent seul face à ses difficultés et d’une vraie politique de reconversion.

14-11-2007 10:37
République Française   |   SIG © 2006   |   Infos site