Accueil de Forum.gouv.fr | Aller au contenu
> Accueil des forums
Synthèse du forum sur l’évolution du métier d’enseignant au 28 octobre personnages_3types (655 octets, 40x21 px)

Revalorisation du métier d’enseignant

Beaucoup d’enseignants se plaignent de la faiblesse de leur rémunération au regard de leur charge de travail. Pour y pallier, plusieurs mentionnent le recours aux heures supplémentaires. Outre l’impact sur leur niveau de vie, ils regrettent le manque de prestige de leur profession aux yeux de la population en général, et des parents d’élèves en particulier, avec des conséquences en terme de considération et de respect.

Mais quelle revalorisation adopter ? Face à un métier dit de plus en plus difficile, certains aimeraient une prise en compte de la pénibilité du travail. La rémunération des enseignants au mérite est également proposée. Cette dernière fait débat. Si les internautes n’y sont majoritairement pas opposés, certains expriment toutefois de fortes inquiétudes sur ses modalités, notamment sur l’objectivité des attributions : par qui, selon quels critères ? Ils demandent des garde-fous. D’autres mettent en garde contre un risque de compétition qui pourrait nuire au travail en équipe.

Inégalités des traitements

Dans les propos échangés, la question de la rémunération et celle du travail effectif (au-delà du nombre d’heures de classe) apparaissent étroitement liées. Les discussions font ressortir des inégalités sur la rémunération et sur le temps de travail (sur les heures de classe, le temps de préparation, de correction des copies, les tâches administratives), qui ne seraient pas équitablement attribuées d’un statut à l’autre, d’un niveau d’enseignement à l’autre ou encore d’une matière à l’autre. Plusieurs contributeurs demandent par exemple la suppression de l’agrégation, dont ils ne voient pas l’intérêt pédagogique. Pour d’autres, c’est l’affectation des enseignants qui est à revoir : moins d’agrégés au collège et davantage au lycée, plus de professeurs aguerris dans les établissements difficiles.

Des internautes signalent que les problèmes de faible rémunération et d’inégalité de traitement ne sont pas spécifiques aux enseignants, mais concernent plus largement l’ensemble des fonctionnaires. Cette comparaison est contestée et donne lieu à des échanges de chiffres. Le désaccord est lié notamment au rythme d’avancement, à l’existence de primes et autres avantages.

Possibilité de reconversion

Plusieurs témoignages montrent une fin de carrière souvent difficile et l’impossibilité de changer de métier, y compris en restant au sein de l’Education nationale. Plusieurs contributeurs souhaitent donc l’instauration d’un meilleur suivi de l’enseignant, souvent seul face à ses difficultés et d’une vraie politique de reconversion.

Verbatim

"JMP" écrit :
Un avancement au "mérite", pour lequel je milite aussi, nécessite absolument une réflexion de fond afin de définir ce qu’est ce "mérite" dans le but de pouvoir, dans un premier temps, dégager des critères objectifs de "mérite" puis, in fine, établir un protocole d’évaluation le plus équitable possible.

"Francmarc" écrit :
S’il y a augmentation des salaires des professeurs, pourquoi ne pas augmenter aussi ceux des fonctionnaires de catégorie A qui, nombreux dans la Fonction publique territoriale, ont des emplois du temps, des responsabilités, des pressions bien supérieurs à ceux des enseignants ?

"Thizy Christiane" écrit :
Je croulais sous les copies tandis que ma collègue, prof d’anglais en sixième, avait tout son temps et des copies si légères ! Une autre collègue, prof d’allemand, avait sept élèves quand j’en ai eu jusqu’à 45 ! Ce n’est pas la même charge de travail si on enseigne en Maths Sup. ou si on fait du collège.

"English teacher" écrit :
Rien n’est prévu pour changer de carrière. Lorsqu’on demande au rectorat comment faire pour faire un autre boulot dans l’Education nationale mais sans être devant les élèves, on nous rit au nez car il n’y a rien d’accessible. [...] Il faut nous donner de réelles perspectives de carrière ou de changement de carrière, avec de vraies passerelles, de vrais concours internes avec des postes à disposition, une vraie possibilité de "formation tout au long de la vie".

30-10-2007 16:35
République Française   |   SIG © 2006   |   Infos site